attendez-vous à savoir …

ROISSYBUSINESSBIS

A LIRE ABSOLUMENT (recommandé par RM)

silence_coupable

RoissyMail embauche !

canstockphoto16466792BIS

un rédacteur, une rédactrice. Cliquez pour en savoir plus

CARTE DU GRAND ROISSY 2014

CarteRM214

Téléchargez-là pour voir les différences avec la nouvelle (2018/19)

Prenez vos jumelles et devenez …

Prenez vos jumelles et devenez ...

pas voyeur, mais...

On rigole aux Rigoles

IMG_2347

Brasserie Les Rigoles à Paris 20. On recommande ! cliquez...

RoissyMail-Le-Magazine n°31

RoissyMail-Le-Mag-3101

Dans ce n°: le PNR, mais aussi un gros dossier très business sur les nouvelles ZAE du Grand Roissy. Un "collector"...

RoissyMail le Mag n°30

Pages de RM30BD2 copie

Tout savoir, dans ce numéro sur le Parc d'Exposition de Villepinte et son extension.

RETROUVEZ LES ANCIENS RM

RM

numéros 14 (2004) à 499 (juin 2012): une mine d'infos et de témoignages sur le Grand Roissy

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu. Un vrai roman

bn26-1.pdf

La voilà ! Téléchargez-là ici ou commandez-là chez nous

carte_roissy_2019_2 BD240
  • http://www.parisnord2.fr/

Suivez-nous now sur twitter ! @roissymail

Suivez-nous now sur twitter ! @roissymail

Pour toujours mieux vous informer ...

CHOSES PUBLIQUES

Doc CP numero 2 ok

Violence à l'école: ça ne date pas d'hier. Lisez ce témoignage d'EV (2001)

Le (vrai) dernier RM le Mag !

Pages de RoissyMail Magazine 25 copie

Un numéro "collector" , carrément génial

RoissyMail Le Magazine N°32

Pages de ROISSYMAIL32BIS copie

La gare du métro « Grand Paris Express » au Mesnil-Amelot

garemetroGrandParis Mesnil-Amelot copie

Roissy Mail Le Magazine n°29

Pages de RM29bd2 copie

Les dossiers de nos Mag restent toujours jeunes... Consultez ou téléchargez le n°29 facilement.

Nos anciens journaux papiers

Capturebn2

Une mine d'infos pour comprendre le territoire

J’ai 14 ANS….

moibdrm

CLIQUEZ !

1053, Gonesse, Politique, municipales 2020

Interview : Jean-Pierre Blazy parle de Gonesse et de la situation politique en France

Vous voulez donner votre avis ? Cliquez ici... 21 mai 2019

J’ai sollicité Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse, ancien député (PS) pour cette interview, merci à lui d’avoir répondu. Il se représente pour un… n’ème mandat à la tête de la ville.  Il fait un point complet sur le fameux triangle de Gonesse et donne son sentiment sur la situation politique nationale. Toujours prolixe (tant à l’oral qu’à l’écrit…), ce qu’il dit est toujours intéressant. Voyez:

EV : Gonesse fait beaucoup parler d’elle à propos de son Triangle et de son projet phare EuropaCity . Le PLU de la ville a été annulé récemment par la justice administrative. Pouvez-vous faire le point sur ce dossier Triangle ?

Jean-Pierre Blazy : Le projet d’aménagement du Triangle de Gonesse est attendu par les habitants car il répond à des besoins forts du territoire : transports, emplois, activités, loisirs, culture mais aussi gains en attractivité. Nous sommes sereins et déterminés.

Le projet fait effectivement parler de lui car il est souvent caricaturé dans la presse et il donne lieu à des expressions d’opposition de politiques ou d’associations tous extérieurs à notre secteur qui bien souvent ne connaissent ni la réalité du projet ni le territoire. L’aménagement du Triangle de Gonesse c’est d’abord une gare de métro de la ligne 17 du Grand Paris Express indispensable pour améliorer nos déplacements tant vers Paris que pour rejoindre l’aéroport Charles de Gaulle, et en même temps accroître notre mobilité dans toute l’Île-de-France.  C’est ensuite autour de la gare, une lisière agricole, des parcs, un quartier d’affaires et le projet Europacity qui n’est pas un centre commercial mais un pôle dédié aux loisirs et à la culture avec un parc paysager de 10 hectares, une ferme urbaine de 7 hectares et des hôtels, des restaurants et des commerces comme dans tout pôle touristique. Bien évidemment j’aimerais que la société La Belle Etoile précise enfin le contenu de son programme commercial. La surface de terres agricoles utilisées pour le projet est raisonnable et raisonnée (240 ha dont 70 pour des espaces verts ou agricoles) au regard des terres préservées (740 ha à Gonesse, 8000 à l’échelle du Grand Roissy) et il s’agit de la parcelle la plus enclavée entre zones déjà urbanisées, autoroute, voies rapides et aéroports de Roissy et du Bourget.

Le projet avance. Nous sommes dans le temps des procédures contentieuses qui ne sont pas surprenantes s’agissant d’un des deux projets d’aménagement majeurs aujourd’hui en Île-de-France avec celui du plateau de Saclay. Les opposants écologistes ou les concurrents commerciaux comme Unibail utilisent tous les moyens juridiques à leur disposition. L’Etat concernant la ZAC et la Ville concernant le PLU ont fait appel devant la cour d’appel administrative de Versailles. Mais il ne faut pas oublier ce qui est positif : le rapport du commissaire enquêteur rendu en juillet 2018 sur l’utilité publique de notre projet, la signature par le préfet le 20 décembre dernier de la déclaration d’utilité publique du projet d’aménagement. La ligne 17 sur Gonesse n’est plus un projet mais un chantier qui vient de débuter. La signature du permis de construire de la station du métro du triangle a été obtenue le 18 septembre 2O18 et le marché de génie civil du premier tronçon de la ligne 17 a été attribué et signé pour 440 millions d’euros HT le 24 janvier de cette année. Depuis mars 2019 la base chantier du puits du tunnelier s’installe à la limite de Gonesse et de Bonneuil. Des travaux consistant à amener la puissance électrique pour le fonctionnement des chantiers sont en cours entre Villiers-le-Bel et Gonesse.

Je n’oublie pas que vous êtes un homme politique et avez été député 15 ans (PS). Même si c’est compliqué, quel est votre avis sur la situation … troublée en France, dans beaucoup de secteurs… ? Et, au-delà, où en êtes-vous politiquement ?

Du fait de la loi sur le cumul des mandats, j’ai souhaité ne pas me représenter aux élections législatives de 2017 pour me consacrer entièrement à mon mandat de maire. Aujourd’hui je ne le regrette pas. J’ai la certitude d’être plus utile à la tête de la commune pour faire avancer des projets utiles, mener des batailles pour défendre l’intérêt des habitants (Métro, terminal 4, hôpital…), améliorer le cadre de vie et offrir des équipements et des services publics de qualité.

Nous aurions pu et dû réussir le quinquennat précédent si François Hollande avait respecté les engagements pris en 2012. J’avais la conviction de cette nécessité : dix ans après le terrible 21 avril qui avait vu l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle, il était impératif de tenir ses promesses pour avoir la confiance des Français. Ce ne sont pas les députés frondeurs dont j’ai fait partie par la force des choses qui sont les responsables de la situation dans laquelle nous sommes. Comme en 2002 la gauche a été éliminée dès le premier tour en 2017. L’élection d’Emmanuel Macron a été assurée face au risque de la victoire de Marine Le Pen grâce à l’ambiguïté de la promesse du nouveau monde face à un ancien monde politique qu’il fallait dégager. Aujourd’hui plus qu’hier le Parlement est devenu un théâtre d’ombres, notre démocratie est encore plus menacée et fragile en France mais aussi dans l’Union européenne. La situation nationale est inquiétante. Les renoncements et les divisions de la gauche m’accablent car elles laissent le champ libre au libéralisme teinté parfois de social-libéralisme et au populisme d’extrême-droite dissimulée en rassemblement national.

Le mouvement des gilets jaunes est surtout l’expression de la colère populaire exprimée face à l’injustice sociale et fiscale. Les réponses apportées par le Président de la République ne sont pas à la hauteur des enjeux. La revalorisation du pouvoir d’achat passe d’abord par le salaire et aucune proposition forte n’a été évidemment formulée sur le sujet. La baisse des impôts ne peut une fois de plus être la seule réponse. Emmanuel Macron entend bien toujours réaliser la réforme des retraites à point qui est une remise en cause de notre système par répartition sous prétexte de réformer les régimes spéciaux. Les radicalités prennent ainsi de plus en plus de place dans la société comme dans le paysage politique. Au niveau national comme au niveau local, la gauche sociale, réformiste, progressiste, écologiste et républicaine est prise en étau entre un libéralisme à outrance sous l’emprise des lobbies économiques qui font le chantage à l’emploi et un intégrisme écologiste qui estime qu’il ne faut plus rien faire pour développer les territoires et l’économie sous peine d’être complices de ceux qui portent réellement atteintes à la planète. Je suis pour ma part favorable au développement régulé par l’Etat et la puissance publique pour imposer aux acteurs économiques des normes sociales et environnementales protégeant les citoyens. Cette vision à laquelle j’adhère s’agissant de la politique nationale ou européenne, je l’applique sur mon territoire qu’il s’agisse de l’aménagement du Triangle de Gonesse ou de la pétition que j’ai lancée sous l’égide de l’association Ville et Aéroport pour demander protections et compensations face au projet de terminal 4 de Roissy Charles-de-Gaulle ( lien vers la pétition : http://chng.it/4wqMssxXt5).

Vous allez vous représenter aux élections municipales de l’an prochain. Vous êtes maire depuis 1995, depuis 24 ans donc. Vous n’êtes pas le seul à pratiquer… la longévité. Pourquoi voulez-vous vous représenter ?

Je vous remercie de relever ma longévité que je prends pour un compliment au regard de la confiance témoignée par les Gonessiens. Mes années d’expérience m’ont permis d’acquérir expertise et connaissance des dossiers et n’ont pas entaché ma motivation à mettre en œuvre des projets nouveaux et à mener des batailles avec la même passion pour les affaires publiques et l’intérêt général.

Depuis notre premier mandat, l’équipe municipale a su se renouveler et ce sera le cas à nouveau aux prochaines élections. Avec l’association Gonesse 2020, nous travaillons activement à travers des groupes de travail qui font émerger de nouvelles personnalités et des idées neuves.

Dès notre première élection, nous nous étions fixé des objectifs ambitieux pour Gonesse : rendre la ville plus belle avec des programmes de renouvellement urbain et de réhabilitation, améliorer le cadre de vie notamment à travers la réalisation d’une coulée verte et bleue, améliorer l’offre de service public de proximité, dynamiser le commerce local et créer des emplois, développer les actions sociales, associatives, culturelles et sportives, faire vivre la démocratie locale ou encore améliorer la sécurité dans nos quartiers. De nombreux objectifs ont été atteints et les Gonessiens nous ont depuis renouvelé leur confiance à chaque scrutin dès le premier tour de l’élection municipale. Le temps municipal est un temps long et certains projets lancés il y a déjà longtemps ont abouti très récemment ; je pense par exemple à l’ouverture du parc de la patte d’oie, un poumon vert de plus de 80 hectares que nous avons aménagé sur une ancienne décharge ou la réalisation du nouvel hôpital. J’ai le souhait de pousser encore plus loin cette ambition de faire de Gonesse une ville dynamique, agréable à vivre et moderne qui cultive son histoire et s’inscrit dans l’avenir à travers le Grand Paris, bref de tirer la ville vers le haut quand d’autres se contentent de leurs critiques de faible niveau et n’expriment ni vision, ni ambition hormis pour eux-mêmes.

En mars 2020 je solliciterai le suffrage des citoyens pour poursuivre ces actions et pour assurer la réalisation du grand projet du Triangle de Gonesse qui ne se résume pas tant s’en faut au seul Europa City. Pour répondre à votre question, je serai candidat car j’estime être le plus à même de rassembler sur l’essentiel au-delà des clivages partisans comme de répondre aux défis avec sérieux et dévouement. Gonessien depuis toujours, j’aime passionnément ma ville et je souhaite continuer à me battre pour elle et à travailler pour ses habitants.

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

1053, Hôtellerie, Roissy-en-France, culture et loisirs

Une exposition photo de Pol Bacquet, « plane spotter » en ce moment au Mercure de Roissy Village

Vous voulez donner votre avis ? Cliquez ici... 20 mai 2019

Elle s’appelle Take Off, est consacrée (avec 35 panneaux) aux avions d’Air France et se tient du 4 mai au 14 juin. Demain aura lieu son vernissage. Pol Bacquet, que j’ai eu au téléphone, est un passionné de longue date des avions et des aéroports. Récemment retraité, cet architecte (jeune il aurait voulu être pilote mais son père avait refusé  « tu seras ingénieur comme tout le monde dans la famille ») a voyagé dans le monde entier pour son travail. Il en a donc vu des aéroports et des avions ! Il s’est mis à la photo voici trois ans et cette expo est sa quatrième.  Je vous conseille de visiter son site ci-dessous pour voir l’intensité de sa passion. Au passage, un bravo au très dynamique Mayke Deleignies (revoir ici) le directeur du Mercure Roissy Village qui organise régulièrement expositions et autres évènements  dans son hôtel. EV

voir le site

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

Consulter les 5 derniers numéros de RoissyMail Le Mag

1053, Emploi, Equipements, Grand Roissy, Les entreprises du Grand Roissy, Roissy CDG

La CCI Ile-de-France soutient le projet du T4. Et… voit grand !

Vous voulez donner votre avis ? Cliquez ici... 17 mai 2019

cliquez pour le CP

La Chambre de commerce Paris Ile-de-France a publié un communiqué soutenant sans ambiguïté le projet de Terminal 4 à CDG. Avec enthousiasme même : «Le projet du Terminal 4 est fondamental pour accompagner l’augmentation des voyageurs dans les meilleures conditions et placer la Région-Capitale comme première porte d’entrée d’Europe continentale» a déclaré  Didier Kling, son président.

Un peu trop enthousiaste, sûrement, le président Kling lorsqu’ il en rajoute : « Le Terminal 4 sera également un formidable levier de développement pour le Grand Roissy.Il permettra la création de 225000 emplois nouveaux, de la phase chantier à sa pleine exploitation ». Je sais pas où il est allé chercher ce chiffre. Chiffre d’ailleurs fluctuant : au début ADP parlait de 40 000 emplois, directs et induits… Puis le même chiffre en « directs ». Puis remonté à 45 000 par l’ineffable GIP Emploi Roissy, dont l’expertise en la matière est connue du monde entier.

12 centimes d’euros la minute  !

Occasion aussi de regretter (je croyais que c’était fini) que le téléphone de la CCI est toujours payant !!  Alors que les entreprises sont obligées (en France…) de financer lesdites chambres. C’est pas terrible… Non, c’est dégueulasse ! EV

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

1053, Gonesse, Hôtellerie

Et visite des hôtels Ibis de Gonesse : découverte du « combo »

Vous voulez donner votre avis ? Cliquez ici... 16 mai 2019

Après le déjeuner à Aéroville, nous sommes allés rendre visite à Clément Malric, directeur des deux nouveaux hôtels Ibis de Gonesse dont nous vous avions parlé. Très sympa, il nous a fait visiter le « combo » :  en fait les deux hôtels sont reliés par une double réception (foto ci-dessous), bar et lobby communs, même si les prestations sont différentes. Bonne discussion avec Clément qui connait déjà trés bien le territoire du Grand Roissy. Merci à lui pour son accueil et tous nos vœux de succès ! EV


Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

1053, Coup de coeur, Les entreprises du Grand Roissy

Rencontre sympathique à Aéroville

1 commentaire 10 mai 2019

cliquez pour agrandir

C’était mardi dernier. Léa Henry de Villeneuve, la nouvelle directrice (28 ans…) d’Aéroville et Thibault Bailly (23 ans) , directeur marketing m’avaient invité à déjeuner pour faire connaissance (on ne s’était jamais vu). Excellent moment où on a parlé de tout : du Centre commercial bien sûr, de nos parcours, de RoissyMail, du Grand Roissy… Et même de l’Afrique (Nina, la fille de ma femme, qui m’aide en ce moment m’avait accompagné). Heureux. Merci encore! EV

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

1052, Gonesse, Hôtellerie, Les entreprises du Grand Roissy, Roissy Porte de France

Clément Malric, 28 ans, est le premier directeur du complexe Ibis de Gonesse, ouvert depuis le 1er avril

1 commentaire 06 mai 2019

On était (revoir ici) à la pose de la première pierre de ce complexe hôtelier, en 2017. Eh bien il est ouvert depuis le 1er avril dernier. C’est en fait (j’aurai appris ce mot) un « combo », c’est-à-dire, dans ce jargon anglo-saxon,  un ensemble de deux hôtels sur le même site. Et à Gonesse c’est un Ibis (80 chambres) et un Ibis Budget de 92 (enseignes du groupe Accor).

C’est Clément Malric (foto) qui est en le premier directeur. A 28 ans, il a déjà un beau parcours pro ! Tenez-vous bien :

- débute à 15 ans à au lycée hôtelier d’Occitanie (Toulouse)

- obtient son master en management de l’hôtellerie à l‘ESTHUA d’Angers

- stages en Espagne et Dubaï, suivis de 6 mois de travail en Argentine (Mendoza, cool car c’est un amoureux du vin…)

- entre en 2014 dans le groupe ACCOR au Novotel La Défense en tant que Yield manager

- 2015 : Yield manager à l’ex Pullman de CDG, au moment où cet hôtel mythique devient Mercure Paris CDG Convention

- 2017 : responsable hébergement au Novotel Saint Quentin en Yvelines

- 2019 donc :  directeur du « combo » de Gonesse.

une des chambres de l'IBIS

Je l’ai eu au téléphone plusieurs fois, en attendant d’aller le visiter (peut-être demain). Très sympa…  Voici ce qu’il m a dit sur son état d’esprit  :

  • Passionné par mon métier et la richesse que celui-ci apporte par l’échange avec les clients et les collaborateurs
  • Volonté de recentrer l’hôtellerie autour de l’humain
    • Déstandardiser les procèss
    • Recruter des personnalités et non des diplômes (Des gens empathiques, bienveillants, curieux, plutôt que des niveau d’études)
      • 90% des collaborateurs sont issus de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France  et ne sont pas issus de l’hôtellerie – Tous sont anciennement sans emploi ou personnalité du monde n’ayant jamais eu la chance d’obtenir un emploi stable en France.
      • Nous sommes extrêmement fier du métissage de cette équipe, chaque collaborateur apporte son expérience de vie, sa culture. Ceci créé une synergie au service des clients et un Melting Pot vivant dynamique, rafraichissant.
  • Je reste persuadé que l’hôtellerie de demain se veut humaine avant tout et ouverte sur son environnement. Nos portes sont ouvertes à nos voisins, nous souhaitons qu’il s’approprie ce lieu de vie et de détente.
Ah « l’humain », la « fierté »… ! On lui souhaite la bienvenue et… une bonne chance avec ses 16 employés.  EV

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

1052, Roissy CDG, Tremblay-en-France

Privatisation d’ADP : Asensi mène la danse ! Meeting le 7 mai à Tremblay

Vous voulez donner votre avis ? Cliquez ici... 06 mai 2019

Le projet de privatisation d’ADP, voté récemment pas le parlement fait beaucoup parler de lui, dans tous les sens. On entend tout et son contraire. Certains ont même affirmé que la police aux frontières ou la douane seraient …privatisées ! Un groupe de parlementaires, toutes oppositions confondues, prévoit même d’organiser un référendum sur la question. Personnellement je n’arrive pas à me faire un avis sur le sujet. Sauf peut-être sur l produit de la vente (de la concession plutôt car ce ne sera pas une vente) que l’Etat  prévoit de confier à un fonds d’investissement pour favoriser  l »innovation »… Je n’y crois guère et pense que l’argent va aller  directement au budget de l’Etat, déjà en lourd déficit.

Voyez un article de la Tribune sur la « privatisation » et un autre de  Serge Blondel , professeur d’économie à l’université d’Angers, publié dans les Echos qui lui défend la privatisation.

François Asensi, maire de de Tremblay-en-France (qui a sur son territoire une grande partie de l’emprise aéroportuaire, les sièges d’Air France et d’ADP) est vent debout contre la privatisation. Et mouille sa chemise ! Distributions de tracts, Facebook en pagaille…  Mardi soir il organise un meeting de protestation. La présence de certains  orateurs m’a fait sourire, notamment celle de François Pupponi, député (ex PS) et ancien maire de Sarcelles, qui avait en son temps, soutenu le vaste (le plus important de la Vème si ma mémoire est bonne) programme de privatisation de Lionel Jospin…  Quant à Vallaud… Heureusement, Clémentine Autain est toujours aussi jolie… EV

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

1052, Coup de coeur, Roissy CDG, RoissyMail

Beau film de LCI sur CDG . Fier…

Vous voulez donner votre avis ? Cliquez ici... 28 avril 2019

cliquez pour le film

Et même 1er aéroport d’Europe continentale…  LCI a réalisé  un super film sur CDG, diffusé aussi  sur TF1 le 26 avril. Qui rend bien le caractère de ruche incessante de CDG, 24/24… Multiples métiers… Et encore ,le film n’a pas pu tout dire, tout montrer…  Occasion pour moi de dire ici, même si je n’aime plus ce mot, galvaudé de nos jours, que je suis fier de notre aéroport, qui nous apporte tant.  EV

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

© 2019 Roissy Mail. Porpulsé par Wordpress.

Thèmes Wordpress par Agence Rdva