attendez-vous à savoir …

ROISSYBUSINESSBIS

A LIRE ABSOLUMENT (recommandé par RM)

silence_coupable

RoissyMail embauche !

canstockphoto16466792BIS

un rédacteur, une rédactrice. Cliquez pour en savoir plus

CARTE DU GRAND ROISSY 2014

CarteRM214

Téléchargez-là pour voir les différences avec la nouvelle (2018/19)

Prenez vos jumelles et devenez …

Prenez vos jumelles et devenez ...

pas voyeur, mais...

On rigole aux Rigoles

IMG_2347

Brasserie Les Rigoles à Paris 20. On recommande ! cliquez...

RoissyMail-Le-Magazine n°31

RoissyMail-Le-Mag-3101

Dans ce n°: le PNR, mais aussi un gros dossier très business sur les nouvelles ZAE du Grand Roissy. Un "collector"...

RoissyMail le Mag n°30

Pages de RM30BD2 copie

Tout savoir, dans ce numéro sur le Parc d'Exposition de Villepinte et son extension.

RETROUVEZ LES ANCIENS RM

RM

numéros 14 (2004) à 499 (juin 2012): une mine d'infos et de témoignages sur le Grand Roissy

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu. Un vrai roman

bn26-1.pdf

La voilà ! Téléchargez-là ici ou commandez-là chez nous

carte_roissy_2019_2 BD240
  • http://www.parisnord2.fr/

Suivez-nous now sur twitter ! @roissymail

Suivez-nous now sur twitter ! @roissymail

Pour toujours mieux vous informer ...

CHOSES PUBLIQUES

Doc CP numero 2 ok

Violence à l'école: ça ne date pas d'hier. Lisez ce témoignage d'EV (2001)

Le (vrai) dernier RM le Mag !

Pages de RoissyMail Magazine 25 copie

Un numéro "collector" , carrément génial

RoissyMail Le Magazine N°32

Pages de ROISSYMAIL32BIS copie

La gare du métro « Grand Paris Express » au Mesnil-Amelot

garemetroGrandParis Mesnil-Amelot copie

Roissy Mail Le Magazine n°29

Pages de RM29bd2 copie

Les dossiers de nos Mag restent toujours jeunes... Consultez ou téléchargez le n°29 facilement.

Nos anciens journaux papiers

Capturebn2

Une mine d'infos pour comprendre le territoire

J’ai 14 ANS….

moibdrm

CLIQUEZ !

723, Grand Roissy

Déception à la « Grand-Messe » des 3èmes Rencontres du Grand Roissy : il faut aller plus vite et plus loin

0 Commentaires 24 juin 2013

Au début de la réunion

Les « Rencontres du Grand Roissy » ont été créées en janvier 2011 , à l’initiative du préfet de Régionde l’époque, M. Canepa. L’État était en effet intervenu (avec raison) pour encourager élus, entreprises et autres acteurs du territoire pour structurer et fédérer, autant que faire se peut ce qu’on appelle depuis le Grand Roissy. Il avait rédigé à ce moment un document nommé « Orientations de l’État », à revoir ici. Parmi les initiatives, la tenue annuelle de ces Rencontres. Les premières s’étaient tenues sur 2 jours (voir le compte-rendu des 1eres, dans RM 558) et avaient été, on peut le dire un grand succès car… tout le monde concerné était là. Les deuxièmes (voir ici le compte-rendu dans RM 625) s’étaient tenues en février 2012, avec un peu moins de monde, et l’installation du « Comité de Pôle » souhaitée par le préfet avait été un échec pour des raisons purement… politiciennes, ledit comité n’assurant pas une bonne représentation de tous les acteurs (voir la lettre de Vincent Eblé adressée  l’époque au préfet).

On le craignait, mais c’est bien ce qui s’est passé. Les « 3èmes Rencontres du Grand Roissy », qui se sont tenues le 19 juin après-midi au Novotel Convention de Roissy-Village, en présence du préfet de Région M. Daubigny,  ont été décevantes, de l’avis de nombreux participants. Ceux-ci d’ailleurs étaient nettement moins nombreux, beaucoup de maires et d’autres personnalités n’ayant pas fait le déplacement.

Les badges des invités qui ne sont pas venus (y'en a encore autant sur la table d'à coté...)

Décevantes car (voir l’ordre du jour) les deux tables rondes ont été longues et fastidieuses. Rien de vraiment concret n’a été dit, que ce soit  celle sur le « Bilan 2012″ des actions du Grand Roissy et les perspectives 2013, objet de la 1ère Table ronde, ou « emploi et formation professionnelle dans le Grand Roissy », objet de la seconde.

Les rangs des participants s’éclaircissaient au fur et à mesure des interventions des zorateurs, aussi « abscones » qu’improvisées (on mettra à part Patrick Renaud et Didier Vaillant, voire Jean-Pierre Blazy, qui nous a ressorti, pourquoi pas, une fois de plus, mais sans concertation avec ses pairs, un projet de néo-communauté aéroportuaire). Et on a eu droit  à un discours très « centriste » de M. Amédro, vice président (EELV) du Conseil régional, chargé de l’Aménagement. Peu de temps a été consacré aux « échanges » avec la salle, comme toujours.

La salle s'est vidée au bout de quelques minutes de la 2ème "table ronde"

Le plus pénible du spectacle étant quand même la table ronde « Emploi » . Peu après les premières interventions, la salle était quasiment (non pas quasiment) à moitié vide…  Comme toujours, les meilleures discussions se faisaient à l’extérieur de la salle, où, sur le départ, beaucoup raillaient la table ronde « emploi », où il n’y avait… aucune entreprise !

Christophe Machard a reposé la sempiternelle question de l'A 104...

Bizarrement, (mais je dois avouer que je n’ai pas tout écouté, tellement c’était vraiment pénible), il n’a pas été question des suites du « fameux » Comité de pôle… En fait, je confirme, la question n’a même pas été évoquée, et il n’y a pas eu une seule réunion de ce comité depuis l’après-midi des 2èmes Rencontres. Vous comprenez rien ? Ce n’est pas grave du tout… Une consolation, un moment vrai : l’intervention de Christophe Machard, membre de la CCI 95 sur le contournement de la Francilienne… Le préfet de Région, M. Daubigny, m’a assuré, à la fin de la réunion, qu’on en saurait plus avec la publication du SNIT, qui ne devrait pas tarder.

Tout cela sentait l’improvisation à plein nez. Mais qui donc a « préparé » ces « Rencontres » ? Je ne veux pas chercher à le  savoir, mais ça a été  vraiment une perte de temps (et un peu d’argent tout de même).

Emmanuel Maurel, superstar !

Je suis malgré tout resté jusqu’à la fin (j’aurais pas dû, voir plus haut) et le clou de la fin de la demi-journée fut sans nul doute la « conclusion » du Sieur Emmanuel Maurel, vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France, « chargé » de la « formation professionnelle, de l’apprentissage et  l’emploi « , après la « table ronde emploi choses ».  Une véritable logorrhée ! Des lieux communs, des incantations, une méconnaissance grave (même pas un minimum) du secteur (heureusement que les chômeurs comptent plus sur eux-mêmes qu’autre chose) et qui  a littéralement saoulé les derniers spectateurs (lui même a qualifié la réunion, à deux reprises,  de « Grand-Messe » ) . Ces derniers peuvent me remercier : j’ai, après réflexion et pitié, abrégé leurs souffrances en applaudissant (vieille technique, toujours efficace), du fond de la salle. Le grand vice-président, du coup, s’est arrêté (à regret et après quelques soubresauts, il faut bien le dire). Il fallait voir les visages reconnaissants de ceux qui s’étaient retournés vers moi !

Il faut liquider le GIP Emploi

Le clou du clou fut quand même, dans le flux compliqué de son intervention, la mise en avant, par le même Maurel,  du « nouveau » GIP Emploi CDG » . C’est que ce GIP, né en « contre-partie » de l’acceptation par le gouvernement Jospin des deux nouvelles pistes de CDG (que la gauche avait ardemment combattues pendant les législatives anticipées de 1997), n’a jamais fonctionné comme il était prévu,sur le modèle pionnier, pourtant réussi, du GIP « Grand Stade », malgré les ardeurs de son premier directeur, Nouredine Cherradi (aujourd’hui en retraite, un amical salut  à lui).

Chef d’œuvre d’usine à gaz comme seule la République française sait en fabriquer, je mets au défi ceux qui ne vont pas être contents de ces lignes de publier (et de le faire avant, au point où on en est des gaspillages d’argent…) un audit -analytique ! – « couts/avantages » de ce Léviathan  bureaucratique, de ses débuts à ce jour, soit près de 20 ans ! Les contribuables et les chômeurs vont être ravis.

Autre perle, parmi les nombreuses incantations et autres jérémiades sur « l’emploi et la formation », on apprend, parmi les documents distribués aux participants des Rencontres, dans une note psychédélique de 11 pages remplies des poncifs rabâchés depuis des années qu’il « apparait également nécessaire que l’ensemble des salariés aient accès à des actions de formation leur permettant d’acquérir les principales compétences attendues par les employeurs, en particulier un niveau d’anglais suffisant« . Et,  mieux (voir la page 11 du doc, je vous fais grâce de l’ensemble): « Récemment , en 2011 (sic), c’est aussi suite à un travail concerté (évidemment…Avec qui ? ndlr) mené au sein du GIP Emploi Roissy que la Région a pu décider d’expérimenter un dispositif de formation  l’anglais aéroportuaire. Cette expérimentation s’étant révélée concluante, elle sera pérennisée à partir de septembre-octobre 2013″. Fermez l’ban !

Il faut dissoudre le GIP. Que les départements 77 et 93 (qui sont obligés de faire des économies) fassent comme le Val d’Oise : couper leur subvention à  ce truc qui ne sert à  rien.

Pour une dynamisation de l’association des élus du Grand Roissy

Patrick Renaud, lors de sa courte intervention

Qu’on me comprenne bien: cette critique (qui aurait pu être plus… « chaude ») des 3èmes Rencontres est positive. Je n’ai eu de cesse, dans mes nombreux écrits passés, de dire que l’intervention de l’Etat était nécessaire pour aider le territoire à se structurer. C’est ce qui s’est passé enfin, après que ce même Etat se soit désintéressé de « Roissy » suite à la (mauvaise) fin de la mission « Quattre » .

Et c’est bien comme ça. Mais, comme je l’ai aussi écrit (voir ci-dessous), entre autres, dans l’édito de notre glorieux Bénéfice.net 26 (en 2008), c’est aux élus de notre région aéroportuaire de prendre les choses en main. Ils ont commencé (ils auraient pu le faire bien avant) à le faire, mais il fait aller plus loin, plus vite, élargir le périmètre (Villeparisis, ni le sud de l’Oise  ne sont  pas dedans, pourquoi? .  Avec l’État (qui a bien d’autres choses  à faire), eux seuls, en bonne entente avec la Région (et la Picardie…)  ont la légitimité pour orchestrer la définition et la mise en œuvre des actions à mener.

Maintenant que l’association des élus du Grand Roissy est en place (et on regrettera ici qu’elle ne soit pas intervenue pour organiser ces tristes 3èmes Rencontres), c’est à elle de jouer, dans tous les secteurs: SCOT, mais aussi promotion du Grand Roissy (et donc soutien franc à Hubstart-la mal nommée-, arrêtons les guéguerres), mais aussi transports etc.  Et la formation professionnelle !  Il est incroyable que nous n’ayons entendu aucune action concrète (ni bilan, que fait l’IUT de Tremblay, pour ne prendre que cet exemple) à ce sujet (bis repetita) lors des Rencontres.

Des suggestions : pour le retour de Jean Rebuffel

Je pense que le président Patrick Renaud, dont je connais depuis longtemps l’attachement au Grand Roissy et les

Jean Rebuffel était là, attentif

grandes qualités fédératives, avec l’appui (acquis) d’André Toulouse, qui a été (et est toujours) un pionnier dans l’action territoriale (mais non, je fais pas ma Lagarde) peut amplifier son rôle de leader dans ce regroupement. Je pense aussi que François Asensi, maire de Tremblay et député de Seine-Saint-Denis  (mais non, j’ai pas le syndrome de Stockholm) pourrait faire plus. Et je rêve que Vincent Capo-Canellas, sénateur-maire du Bourget et président de la CA de l’Aéroport du Bourget mette aussi son dynamisme dans l’affaire car quoi qu’il en dise, le destin des deux aéroports sont liés dans une même région.

Quant au  préfet Daubigny, il faut qu’il sache que l’ensemble des élus du territoire attendent beaucoup (trop, à mon avis) de l’autorité (j’en témoigne) et de l’encouragement de l’État.  Jean Rebuffel, qui avait suivi, pour la préfecture de Région, l’ensemble des CDT aura été l’un des rares hauts fonctionnaires qui aura non seulement compris la problématique du territoire, mais a su, avec son style, connaitre, apprécier et comprendre l’ensemble des acteurs locaux. Il fut dans le passé (entre autres) DDE de Seine-Saint-Denis, DDEA du Val d’Oise. Franchement (et ce n’est peut-être pas correct d’écrire ça ici, il n’appréciera pas), ça serait bien, M. Daubigny, qu’il revienne dans la course, car il a fait un travail efficace et admirable. Ça serait peut-être plus productif que son ancienne mission sur les « vols de nuit »  ou sur sa prochaine sur la pêche au maquereau (je blague mais pas trop) dans le port de Boulogne.

EV


Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati
Imprimer Imprimer

Auteur

Eric Veillon

Eric Veillon - qui a écrit 1866 Articles sur Roissy Mail.

Observateur

Contacter l'auteur

Partagez votre opinion

Poster un commentaire


3 * 9 =

Protected by WP Anti Spam

© 2013 Roissy Mail. Porpulsé par Wordpress.

Thèmes Wordpress par Agence Rdva